CGT AAJB

ITEP : où en est-on ?

7 Octobre 2008 , Rédigé par cgt aajb Publié dans #AAJB

 

La grève de trois jours qui a secoué l'ITEP fin septembre a eu quelques mérites. Certes, comme nous le disions dans le dernier tract, tout n'est pas réglé. Mais les salariés constatent des améliorations sensibles. Ils ont surtout le sentiment que leurs problèmes ont été pris en compte. D'ailleurs, il parait que la DDASS surveille attentivement l'évolution de la situation...

Deux délégués du personnel ont été reçus par la Directrice Générale de l'AAJB lundi 6 octobre.
Cette rencontre faisait suite à notre revendication du paiement des heures de grève. Elle a aussi  été l'occasion d'échanger sur la situation actuelle de l'ITEP et l'état d'esprit des salariés.

Après avoir déploré que "la grève ait beaucoup perturbé" l'établissement (ce qui est, soit dit en passant, l'objet d'une grève...), la DG, relayant certainement le sentiment de la Directrice de l'ITEP, a prétendu que cette grève était majoritairement le fait des anciens salariés de l'IPP Jean Bosco. 
N'en déplaise à nos responsables, cette affirmation est fausse. Ils leur suffira de reprendre la liste des grévistes pour se rendre à l'évidence. Seul constat avéré que l'on puisse effectuer : pour diverses raisons, ce sont principalement les éducateurs d'internat qui se sont mobilisés.

Concernant les travaux qui vont avoir lieu au sein de l'établissement, la DG a confirmé l'intervention de 2 administrateurs chargés de la coordination des-dits travaux; Elle nous a par ailleurs garanti qu'un échéancier nous serait transmis très prochainement.

Nous avons également évoqué la question de la baisse des budgets par rapport à ceux dont nous disposions sur l'IPP.  Pour rappel, cet établissement a fonctionné durant plusieurs années avec un déficit chronique d'environ 100 000 euros que la DDASS reprenait systématiquement. A notre connaissance, les responsables associatifs de l'époque n'ont jamais trouvé à redire à ce fonctionnement. Profitant de  la fusion de l'IPP et de l'établissement de Baron, la DDASS a mis un terme à cette habitude. Il faudra désormais se contenter du budget alloué.
La Directrice Générale a regretté qu'une telle pratique ait  pu perduré, la qualifiant de "fonctionnement utopique".  Hypocrite eut été plus approprié tant ce fut là un jeu de dupes dont les salariés subissent aujourd'hui les conséquences ! (A titre d'exemple, les budgets de l'école de Clinchamps connaissent des coupes claires inacceptables.)


Vint, enfin, la question du paiement des heures de grève. Fidèle à sa "doctrine" immuable, l'Association nous a répondu par la voix de sa DG qu'il n'en était pas question. Sans autre proposition alternative !
Nous avons donc suggéré que ces heures soient récupérées par les salariés et que les éventuelles retenues sur salaires soient étalées dans le temps. 

Quoi qu'il en soit, nous devrions en savoir un peu plus vendredi 10 octobre. La réunion des Délégués du personnel aura lieu le matin (questions DP octobre 2008) tandis qu'une réunion institutionnelle est programmée l'après-midi.

Un tract sortira courant de la semaine prochaine pour faire le point sur la situation.

Commenter cet article