CGT AAJB

CC 66 : LE 19 MARS TOUS DANS LA RUE !

16 Mars 2009 , Rédigé par cgt aajb Publié dans #Conventions Collectives

APPEL UNITAIRE DES ORGANISATIONS SYNDICALES DU CALVADOS CFTC-CGT-FO-SUD
DE L'ACTION SOCIALE ET MÉDICO-SOCIALE



Rassemblement à 10h30
sur les pelouses du château
face à l'église Saint Pierre
derrière la banderole unitaire


POINT SUR LES NÉGOCIATIONS
Les organisations patronales ont pour l'instant laissé au placard le projet qu'elles avaient présenté le 5 décembre aux organisations syndicales de salariés. Ce recul est le résultat de la mobilisation massive des personnels de la CC 66 le 29 janvier 2009. Il est aussi lié à la prise de position d'un certain nombre d'associations contre ce projet.

La négociation du 04 mars a porté sur les classifications et les rémunérations. Les employeurs ont donné leur accord pour travailler à partir de groupes de métiers pouvant être constitutifs de filières. Les discussions sur les classifications s'envisageront par un état des lieux autour de ces groupes de métiers :


- métiers de l'éducatif
- métiers du pédagogique
- métiers de la formation
- métiers du soin
- métiers techniques et logistiques
- métiers de l'administration et de la gestion
- métiers de l'encadrement


La prochaine réunion est prévue le 30 mars. Nous pouvons être sûrs qu'à un moment ou à un autre les organisations patronales ressortiront leurs propositions initiales. Seule la poursuite de la mobilisation peut les faire reculer définitivement.


L'EXEMPLE DES CHANTIERS D'INSERTION DANS LE CALVADOS
Le Conseil Général, organisme financeur, fait pression sur les associations car il estime que le coût des encadrants des ateliers et chantiers d'insertion est trop onéreux à cause de la CC 66. Une négociation avec les associations Jean BOSCO, ITINERAIRES et REVIVRE est ainsi programmée courant avril et début mai pour discuter notamment des salaires. La mobilisation sera indispensable pour exiger l'application intégrale de la CC 66, garantie d'un encadrement de qualité avec des personnels qualifiés. 


DES FINANCEURS QUI ORGANISENT LA CASSE DE NOTRE CONVENTION
Cette pression des financeurs visant à baisser le coût du travail dans notre secteur est la raison principale de la volonté des employeurs de réviser la CC 66. Ils acceptent de fait de gérer la pénurie sur le dos des salariés.
D'ailleurs, lors de la séance du 22 janvier de la section sociale du CNOSS (comité national de l'organisation sanitaire et social), le DGAS (directeur général de l'action sociale) a clairement signifié aux organisations syndicales que les accords collectifs et les conventions collectives ne seront plus opposables aux financeurs conformément à la Loi de Finances 2009 !!


Cela aura pour conséquence :


1. Impossibilité d'appliquer les dispositions conventionnelles (GVT, augmentation de la valeur du point, etc.)
2. Pratiquer des licenciements économiques
3. Déqualifier le personnel
4. Fermer des services ou des établissements non rentables (selon des critères fixés par la DGAS)


On comprend mieux la volonté des syndicats employeurs de casser au plus vite notre convention collective 66.


LES ASSOCIATIONS DOIVENT SE POSITIONNER
Nous devons exiger de nos employeurs qu'ils se prononcent contre le démantèlement de notre convention et plus généralement contre la « marchandisation » du secteur social et médico-social. Certaines associations ont d'ores et déjà pris position contre le projet des organisations patronales, telles l'AAJB dans le Calvados ou l'ARI en Gironde.


RESTONS MOBILISÉS !
Le 19 mars prochain, lors de la journée nationale d'action interprofessionnelle, nous devrons montrer que notre détermination n'a pas faibli, en participant encore plus nombreux que le 29 janvier à la manifestation qui aura lieu à Caen.. Nous formerons là encore un cortège unitaire afin de signifier la solidarité de l'ensemble des salariés du secteur, toute association confondue.


Commenter cet article