CGT AAJB

ACTUALITÉS ASSOCIATIVES

24 Novembre 2009 , Rédigé par cgt aajb Publié dans #AAJB


Des situations préoccupantes


Secteur Insertion 

La remise en cause des financements des CHRS et des chantiers d’insertion constitue une préoccupation majeure. Fin de l’opposabilité des conventions collectives, convergence tarifaire, mise en place des enveloppes globales sont autant de mauvais coups portés à ce secteur. Il s’agit ni plus, ni moins, que d’une asphyxie budgétaire organisée par les pouvoirs publics qui remet en cause les conditions de travail des personnels et la prise en charge des personnes en difficulté. Pendant qu’on fait des cadeaux aux plus riches, on délaisse les plus vulnérables et les plus fragiles ! Ce n’est pas acceptable ! La mobilisation et la solidarité de tous les salariés deviendront rapidement nécessaires pour préserver ce secteur des attaques dont il est l’objet. Car aujourd’hui, c’est l’Insertion, mais demain, ce sera notre tour !

 

FMLK / CFBG

Ces deux structures ont traversé ces derniers mois des difficultés importantes (problèmes de violence). Les conditions de travail de certains sites y sont devenues particulièrement éprouvantes et occasionnent de nombreux départs. La situation est donc loin d’être stabilisée. Les délégués du personnel et les membres du CHSCT restent mobilisés et feront preuve de la plus grande vigilance.

 

ITEP Vallée de l’Odon

La « restructuration » n’est toujours pas achevée et devrait prendre encore un certain temps… Si le PPI (plan pluriannuel d’investissements) a été accepté, il ne prévoit pas le financement de certains équipements (salle de sport à Clinchamps par exemple).

Dans l’attente de la construction d’un nouveau pavillon, un groupe se retrouve hébergé à Clinchamps sur Orne dans des locaux appartenant à la F.O.L avec l’obligation de déménager à la veille de chaque vacances, les lieux étant loué durant ces périodes ! Cette situation est logiquement mal vécue par nos collègues et nous veillerons à ce qu’elle soit la plus courte possible.

L’encadrement des temps du midi sur ce le site scolaire de Clinchamps pose de graves difficultés. Les collègues sont confrontés à un climat de violence qui est devenu insupportable. A l’heure actuelle, nous estimons que la sécurité physique et psychologique des intervenants est mise en jeu. Les délégués du personnel ont réclamé que des moyens supplémentaires soient dégagés pour sécuriser ce temps d’encadrement. Ils doivent être entendus. 

 

 

Négociations Annuelles Obligatoires

 

 

L’emploi des seniors

Avec l’obligation faite aux employeurs de négocier sur cette question, le gouvernement cherche à créer les conditions d’un report effectif de l’âge de départ à la retraite, notamment par l’instauration du cumul emploi-retraite comme remède aux basses pensions. (Il faut savoir que 2/3 des salariés sont sans activité au moment de prendre leur retraite et que cette situation a largement été créée par le patronat via les dispositifs de mise en préretraite).

L’AAJB a un taux d’activité des seniors bien supérieur à la moyenne nationale (18% contre 11%) ; l’accord ne devrait donc porter que sur le maintien des seniors (et non le recrutement). A notre sens, les négociations doivent se centrer principalement sur l’aménagement des fins de carrière. Dans ce cadre, la question de la mobilité  et de la formation des personnels de plus de 50 ans sera déterminante.

 

L’emploi des travailleurs handicapés

Sur ce point, l’AAJB est largement sous le seuil obligatoire et se retrouve donc pénalisable. Tous les ans, nous en faisons la remarque lors du bilan social.

Rappelons tout de même qu’au cours de la restructuration des ITEP de Neuilly et Baron, la seule personne licenciée était… handicapée. Certes, l’AAJB s’était acquitté à l’époque de ses obligations en matière de reclassement. Mais comment ne pas regretter un licenciement prétendument lié à une fermeture des cuisines qui, finalement, n’a pas eu lieu !

En tout cas, il nous parait évident que ce salarié, privé d’emploi par le fait de l’association, doit être considéré comme prioritaire si un poste de cuisinier venait à se libérer (ce qui devrait être le cas à Bayeux). L’association aurait là l’occasion de rétablir une injustice flagrante.

 

Temps de travail

Le différend sur l’application de l’accord RTT qui oppose une soixantaine de salariés à l’association « plombe » quelque peu les échanges (ce différend devrait être tranché par les prud’hommes début 2010),

Ce différend ne doit toutefois pas nous empêcher d’engager des discussions sur un accord daté de 10 ans dont nombre de dispositions ne correspondent plus à la réalité. Parmi les questions abordées, figurent la modulation annualisée (dont il reste à négocier les contreparties) et l’annualisation du temps de travail pour certaines catégories du personnel. Nous vous tiendrons informés du développement de ces discussions sachant que vous serez consultés avant toute signature.

 

Droit syndical

Si la qualité du dialogue social doit se juger aux droits accordés aux salariés pour s’exprimer sur leurs conditions de travail, autant dire que l’AAJB ne figure pas dans le peloton de tête en ce domaine. Alors que les heures d’infos syndicales étaient décomptées jusqu’à présent comme heures de travail, il semblerait que cela ne soit plus le cas désormais. Si cette position devait se confirmer, nous demanderions alors à renégocier l’accord sur le droit d’expression collectif des salariés qui lui est obligatoire et comptabilisé comme temps de travail.

 

Tract version PDF

Commenter cet article