CGT AAJB

Le 06 Février, se mobiliser pour une autre politique, pour nos emplois, nos salaires et notre retraite, c’est capital !

27 Janvier 2014 , Rédigé par CGT AAJB Publié dans #Actualités

http://www.cgt.fr/local/cache-vignettes/L200xH192/pancartes_06022014-754d4.png

 

Le 14 Janvier dernier, le Président Hollande assumait enfin sa politique libérale. Les gros chiffres étaient de sortie : 30 milliards d’exonérations de cotisations sociales pour les entreprises, 50 milliards d’économies sur le budget de l’Etat pour les trois années à venir, dont 15 pour la seule année 2014, etc.

 

Immédiatement, les commentateurs et experts de tout poil, tous plus libéraux les uns que les autres, se félicitaient de « cette prise de conscience » et de la confiance faite par le Président au patronat pour créer de l’emploi. La politique se résumait en un seul mot : « chiche ».

 

On se serait cru dans un mauvais film hollywoodien…       

 

Pas de « happy end » pour les salariés


Si ce scénario est retenu, ce sont pourtant les désillusions qui attendent les salariés. Nous le savons déjà puisque ces politiques sont à l’œuvre depuis de trop nombreuses années.

 

Les 120 milliards d’exonérations accordés aux entreprises dans la dernière décennie n’ont pas créé le moindre emploi, ni amélioré les salaires, encore moins permis de conserver les droits à la retraite. Elles ont au contraire gavé un peu plus les actionnaires des grands groupes, jamais rassasiés.

 

Pour le secteur public, l’économie se fait évidemment en supprimant des emplois, en gelant les salaires et en ayant recours massivement aux contrats précaires. Dans le jargon gouvernemental, on appelle ça « Modernisation de l’Action Publique ».

 

Quant aux retraités, c’est la baisse continue de leur pension. Ici, c’est certain, pas d’inversion de la courbe !

 

Services publics : petits budgets, petits services !


Pour les usagers du service public, les conséquences sont également connues puisque nous les vivons déjà : déremboursements des soins, accès au système de santé de plus en plus difficile, cotisations mutuelles toujours plus importantes, procédures administratives et files d’attentes toujours plus longues, etc…

 

Dans l’éducation, secteur pourtant « épargné » par les économies, la « révolution péri-éducative » du primaire risque de se concrétiser dans bien des communes par la fabrication de colliers de nouilles encadrée par des retraités. Mais peut-être faut-il y voir le début du redressement productif…

 

Ensemble écrivons un autre scénario


Derrière les mots et les chiffres présidentiels, ce sont ces réalités qui nous attendent….si nous n’agissons pas ! Car ces annonces gouvernementales ont au moins le mérite de nous placer devant nos responsabilités de salariés et de citoyens.

 

Dans le département, deux exemples de résistance à ces politiques sont emblématiques : dans le secteur privé, celle des salariés de « Jeannette » et dans le secteur public, celle des salariés de l’Etablissement Public de Santé Mentale de Caen.

 

Les premiers se battent pour pérenniser leur activité contre une banque qui leur refuse un prêt alors même que les pouvoirs publics se portent garants, une banque appartenant à un groupe qui ne fait pas de profit comme chacun sait. Les seconds luttent pour repousser un plan drastique d’économies. Dans les deux cas, la mobilisation est massive et l’issue n’est pas écrite à l’avance.

 


Alors mobilisons-nous sur nos revendications le 06 Février afin de créer le rapport de force qui nous permettra d’écrire un autre scénario.

 

 

 

Le 06 Février,

 

TOUS DANS LA GREVE et LA MANIFESTATION

 

CAEN : place Saint Pierre à partir de 10h30

 

LISIEUX : place Mitterrand à partir de 10h30

 

 

 

Commenter cet article